Chargement
en cours ...

Saint-Morillon

L'église St Maurille

1, place de l'église

33650 Saint Morillon

GPS : N 44.650078 - W 0.502990

Tél. : 05.56.20.25.62

Email : info@saint-morillon.fr

Le village :

La localité est la seule du canton à avoir conservé sa petite église romane à peu près dans un état primitif, malgré des petits remaniements inévitables.

A l’aube du XVe siècle, la ville est coupée en deux, non seulement par le ruisseau du Gat Mort – ou Gua Mort -, mais aussi par deux seigneuries qui s’octroient une rive chacune, la rive gauche acquise depuis toujours à la baronnie de La Brède, et la rive droite rattachée avec 8 autres paroisses à la prévôté de Barsac. C’est Montesquieu qui, en 1746, achète la partie de Barsac pour l’intégrer à sa baronnie, réalisant ainsi l’unité du village.

Jeanne de Lestonnac, canonisée en 1949, y effectue plusieurs séjours. Née en 1540, cette nièce de Montaigne est l’épouse du seigneur de Montferrand, baron de Landiras. Á la mort de celui-ci, elle reprend son nom de jeune fille. Depuis la maison noble de Lusié, bâtie sur une rive du Gat Mort – et dont il reste aujourd’hui les vestiges de l’ancien moulin -, elle organise la fondation d’un ordre de religieuse chargée de l’éducation des jeunes filles, la compagnie des religieuses de Notre Dame. Elle meure à Bordeaux en 1640.

En 1789, les habitants de la commune assistent aux violences de la Révolution. Ils ne réagissent pas à la confiscation et à la vente des biens de leur église et de deux familles locales importantes, pas même à l’exécution du marquis de Lajararte, propriétaire du Domaine de Bel Air. Au XIXe et XXe siècle, la commune mène une vie essentiellement rurale, basée sur l’exploitation de la vigne et de la forêt.

Au début du XXe siècle, la commune avait donné à ses rues et places les noms des héros de la guerre des Boërs.

 

A voir, à faire :

  • L'église Saint Maurille
  • Les tableaux de Rigaud 
CARTE SITE WEB